Player One

Player One d'Ernest Cline

Player One d’Ernest Cline

d’Ernest Cline
Traduit de l’anglais par Arnaud Regnault
Editions Michel Lafon
404 pages
17,95 €

2044. La Terre n’est pas belle à voir. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts passe son temps dans l’OASIS, un monde virtuel où chacun peut faire et être tout ce qui lui chante. Il rêve secrètement d’être celui qui décrochera le gros lot…
James Halliday, le créateur de l’OASIS, est mort quelques années auparavant sans laisser de successeur. Pour décider du sort de sa fortune, il crée une véritable  chasse au trésor. Battre des records à Pac-Man, réciter par cœur des pariles de Devo, et trouver les failles des jeux vidéos cultes : voilà l’unique moyen d’accéder à son héritage colossal. Ces centaines de personnes ont essayé, en vain. Joueurs invétérés ou grands groupes corrompus, tous s’y sont cassé les dents. Wade se dit qu’il serait peut-être capable de relever le défi. Et il résout la première énigme.

Un livre qui parle de geek ! Je ne pouvais pas ne pas l’acheter !!! Et je me suis régalée !!!

L’Univers de Player One est vraiment très intéressant. Le monde réel est à l’agonie et la majeure partie de l’espèce humaine passe son temps libre à l’intérieur d’un jeu vidéo ! Notre personnage principal, Wade Watts, se rend même à l’école directement depuis l’OASIS ! Plus besoin de porter un horrible sac à dos terriblement lourd (Oui, ces foutus sacs à dos ont bousillé ma jeunesse !!) !

Dans ce monde virtuel, tout est permis ! Du coup, tout est possible et l’auteur à parfaitement su exploiter ces nombreuses possibilités, sans que cela soit trop abracadabrant non plus ! J’ai réellement apprécié cette tempérance !

Wade Watts est terriblement attachant. C’est le anti-héro de base, une vraie caricature de geek : il a un physique ingrat, la face pleine d’acnée. Il lui manquait juste l’appareil dentaire et les lunettes « cul-de-bouteille » ! J’ai aimé la différence entre Wade Watts et Percival, son avatar sur l’OASIS. Alors qu’il est plutôt passe-partout dans le monde réel, j’ai pris plaisir à le voir plus assuré lorsqu’il est dans l’OASIS.

J’ai également adoré le personnage d’Art3mis, le fantasme ultime de Wade, geekette relativement connue sur l’OASIS. Il y a un mystère qui plane sur elle jusqu’au bout qui a réellement su titiller ma curiosité jusqu’au bout. Aech, meilleur ami de Wade, nous garde également son lot de surprises !

J’ai eu un peu de mal avec l’écriture au départ. Je l’ai trouvé trop digressive et trop descriptive. Un peu trop de détails qui se trouvent être un peu barbants, pas forcément très utiles. Il faut attendre une centaine de pages pour que les choses intéressantes commencent réellement ! C’est seulement après ce premier tiers du livre que j’ai pris du plaisir dans ma lecture… Et à partir de ce moment-là, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde !

Bref, malgré un départ un peu lent, j’ai passé un très bon moment de lecture ! L’univers imaginé par Ernest Cline est génial et ses personnages sont vraiment très originaux !

LIVRE_GENIAL

Publicités

Publié le 10/03/2013, dans Michel Lafon, Science-Fiction, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Je ne te parle plus…..lol Maintenant j’ai envie de lire ce livre grrrr ( je vais me venger avec mes prochaines chroniques AHAHAHAHAA lool) !!

  2. Bouchon des bois

    Argh, il me tente trop celui-là !!! Et ta chronique ne fait qu’empirer les choses ^_^

  1. Pingback: Chroniques déménagées !! :) | Des Livres en Pagaille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :