Glitch, tome 1

Heather Anastasiu
Traduit de l’anglais par Madeleine Nasalik
Editions Robert Laffont
Collection R
366 pages
16.90 €

L‘amour est une arme. Dans une société souterraine ou toute émotion a été technologiquement éradiquée, Zoe possède un don qu’elle doit à tout prix dissimuler si elle ne veut pas être pourchassée par la dictature en place. L’amour lui ouvrira-t-il les portes de sa prison ?

Il y a deux siècles de cela, l’humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d’éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte.

Lorsque la puce de Zoe, une adolescente technologiquement modifiée, commence à glitcher (bugger), des vagues de sentiments, de pensées personnelles et même une étrange sensation d’identité menacent de la submerger. Zoe le sait, toute anomalie doit être immédiatement signalée à ses Supérieurs et réparée, mais la jeune fille possède un noir secret qui la mènerait à une désactivation définitive si jamais elle se faisait attraper : ses glitches ont éveillé en elle d’incontrôlables pouvoirs télékinésiques…

Sa liberté nouvellement acquise va toutefois lui donner des ailes et, tandis que Zoe lutte pour apprivoiser ce talent dévastateur tout en restant cachée, elle va rencontrer d’autres jeunes Glitchers : Max le métamorphe et Adrien, qui a des visions du futur. Ensemble, ils vont devoir trouver un moyen de se libérer de l’omniprésente Communauté et de rejoindre la Résistance à la surface, sous peine d’être désactivés, voire pire…

La Saga :
– tome 1 : Glitch
– tome  2 : Résurrection
– tome  3 : Insurrection 

 Je suis rarement déçue par les titres de la Collection R (bon en faite, je n’ai encore jamais été déçue par la Collection R) et avec Glitch, on nous sert une petite dystopie édulcorée de romance très sympathique.

Zoe vit sous terre, dans une société dirigée par le Lien. Chaque individu de cette société est connecté à ce Lien grâce à une petite puce implantée dans leur cerveau. Zoe ne ressent rien. Pas de sentiments, une vie en nuances de gris… Jusqu’au jour où sa puce se met à glitcher. Dès lors, la jeune fille est assaillie par d’étranges sensations. Elle éprouve de nouveaux sentiments, qu’elle n’arrive pas toujours à nommer et devient capable de penser par elle-même ! Elle découvre un nouveau monde fait de couleurs et de nouvelles saveurs… Mais dans un univers formaté comme le sien, la moindre déviance mène à la mort. Car les glitcheurs sont purement et simplement déconnectés, sans autre forme de procès. En plus des glitchs, Zoe doit apprendre à contrôler et cacher son don de télékinésie qui s’est développé en même temps que ses glitchs. Avec l’aide d’autres glitcheurs, Zoe va tenter de fuir pour pouvoir survivre, pour aimer et surtout pour vivre sa vie.

Ce premier tome de cette trilogie nous ouvre la porte sur un univers intéressant et très bien construit. Alors que l’Ancien Monde a été détruit à cause des émotions que les gens pouvaient ressentir, Zoe, elle, vit dans un monde complètement aseptisé, totalement hermétique à des mots tels que douleur, amour ou même famille. Les membres de sa communauté vivent en paix sous l’égide de maximes telles que « Une  anomalie détectée, c’est une anomalie dénoncée », « La Communauté d’abord, la Communauté toujours », « Le Lien c’est la Paix », « Nous sommes la Sublime Lignée car nous chérissons avant toute chose la discipline, la logique et la paix ». Autant de mantras qui résonnent dans la tête de tous les individus à longueur de journée

Lorsque Zoe commence à glitcher, elle s’ouvre à un monde de couleurs, de goûts et de sensations qui lui était jusque là inconnu. Même si certaines choses sont parfois un peu incohérentes à ce niveau-là, il est très plaisant de découvrir l’univers à travers ses yeux neufs.

Glitch possède un univers riche et assez bien conçu. Les membres de la Communauté sont formatés à l’extrême et cette absence de sentiments fait franchement froid dans le dos. Même s’ils sont humains, les individus se conduisent plus comme des machines et leur liberté d’action est totalement inexistante. Chaque individu entre dans un moulu duquel il ne peut sortir. Chaque individu est surveillé et peut être dénoncé par les membres de la Communauté, par les membres de son propre noyau familial. C’est une société dure et très oppressante.

Glitch est une dystopie intéressante bien qu’on puisse lui reprocher son côté très romance. C’est une dystopie qui ne révolutionne pas le genre, certes, mais qui reste très agréable à lire.

LIVRE_AGREABLE

Publicités

Publié le 06/10/2013, dans 3/5_Livre Agréable, Collection R, Dystopie, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 12 Commentaires.

  1. J’ai beaucoup aimé Glitch, j’ai d’ailleurs tout de suite enchaîné par le tome 2 !

  2. Un livre que je n’ai pas encore lu, j’attends de lui tomber dessus en occasion, bises & merci pour ta chronique, à bientôt !

  3. J’ai bcp aimé Glitch, j’attends le tome 3 avec impatience, vivement le 1er novembre

  4. désolée que ça n’ait pas été révolutionnaire. J’ai entendu énormément de bien de la série, il faudra vraiment que je tente un jour.

  5. J’ai adoré ce roman.
    Mais le perso de Max m’a rebuté.
    Vivement la suiTe qui est déjà dans ma PAL.

  1. Pingback: Glitch, tome 2 : Résurrection | Des Livres en Pagaille

  2. Pingback: Glitch, tome 3 : Insurrection | Des Livres en Pagaille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :