172 Heures sur la Lune

Johan Harstad
Traduit du norvégien par Jean- Baptiste Couraud
Editions Albin Michel
Collection Wiz
476 pages
19,50 €

Des années que le sol luniare n’a pas été foulé par l’homme. Pour Mia, Midori et Antoine, l’heure du départ approche… Alors que Midori y voit un ticket gagnant pour la liberté, loin de sa vie étriquée au Japon, pour Mia, c’est l’occasion rêvée de faire enfin connaître son groupe de rock et de devenir célèbre. Quant à Antoine, il ne souhaite qu’une chose : mettre autant de kilomètres que possible entre lui et son ex-petite amie. 
Mais ils sont bien loins d’imaginer que ce qui les attend sur la face cachée de la Lune est bien pire. Et dans l’immensité noire de l’espace, personne ne viendra les sauver. 

La NASA n’a plus beaucoup de moyen et tout projet de voyage spatial sur la Lune est suspendu. Jusqu’au jour où une concours mondial est mis en place afin d’envoyer 3 adolescents durant une semaine sur le satellite de la Terre. Mia, la jeune musicienne norvégienne, ne voulait pas s’inscrire dans ce concours et ce sont ces parents qui l’y ont inscrite. Sous l’influence de ses amies, elle y voit par la suite un moyen de faire connaître son groupe. Quant à Midori, elle a participé afin de s’échapper de son Japon et de ses carcans écrasants. Pour finir, Antoine, un voyage sur la Lune est un moyen d’oublier une peine de cœur ! Mais ce voyage ne sera pas de tout repos car le danger rôde sur la Lune.

Alors… Je suis un peu mitigée… L’histoire avait beaucoup de potentiel et des points forts. Le problème, c’est que la première partie est un peu mollassonne et la seconde partie, là où on est vraiment sur la Lune, est finalement trop courte à mon goût. En fait, dans la première partie, nous faisons connaissance avec nos personnages et l’intrigue n’est pas vraiment mise en place. Il s’y passe à chaque fois un élément étrange en lien avec l’intrigue de la seconde partie, mais la première moitié du livre est vraiment introductive. Ce n’est pas quelque chose qui me dérange lorsque l’on a affaire à une saga sur plusieurs tomes car les premiers tomes sont généralement plus introductifs mais là, pour un one-shot comme celui-ci, j’ai trouvé que cela pose un peu problème car il n’y a pas assez d’action, ni assez de suspens.

La seconde partie est bien meilleure car nous sommes enfin sur la Lune et les menaces qui pèsent sur l’équipage sont effrayantes et palpitantes mais j’ai trouvé le tout trop précipité ! Il y a du suspens, mais il ne dure que peu de temps remplacé par un nouvel élément. J’ai été aussi un peu déçue de deviner la fin environ 150 pages avant le point final. J’ai donc été peu séduite par la fin qui n’était donc pas du tout inattendue pour moi.

J’aimais beaucoup les personnages dans la première partie du roman. Ils étaient plein de panache, surtout les deux filles, Mia et Midori. J’étais moins séduite par Antoine qui me semblait parfaitement pathétique par son comportement envers son ex, mais il avait quand même un petit quelque chose qui ne me le rendait pas totalement antipathique. Dans la seconde partie, j’ai regretté les voir perdre de leur psychologie pour devenir presque insipides. Ils n’étaient plus que des personnages quelconques luttant pour leur survie, personnages interchangeables auxquels on ne s’attache pas vraiment.

J’ai beaucoup aimé l’omniprésence des légendes urbaines dans l’histoire. Je suis très férue d’histoire de ce genre, un peu extraordinaires et j’ai beaucoup aimé que ces légendes fassent partie intégrante de l’histoire. Comme par exemple l’histoire d’Hanako san ou encore du signal « wow » ! Ces histoires apportent un aura de mystère autour du l’intrigue et l’effet est très chouette car l’auter a su les intégrer parfaitement dans son histoire.

En réalité, je me suis un peu ennuyée lors de ma lecture ! Je m’amusais plus à tenter de retrouver sur Internet les légendes urbaines utilisées par l’auteur… C’est vraiment dommage car je trouvais le principe et l’intrigue assez recherchée et je pense qu’il y a avait possibilité de faire quelque chose de vraiment mieux.

LIVRE_AGREABLE

Publicités

Publié le 20/05/2014, dans 3/5_Livre Agréable, Albin Michel, Science-Fiction, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. J’adore tout ce qui a trait au légende urbaine donc je me laisserai peut-être tenter

  2. Le résumé me tente moyen! Je ne crois pas que je le lirais^^

  3. C’est dommage, le résumé avait l’air super coule. Mais les défauts que tu as relevés sont généralement des choses qui me dérangent aussi dans les livres, donc je pense que je vais passer mon tour. Tant pis !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :