Les Insurgés

lesinsurgés

Les Insurgés de Malorie Blackman

de Malorie Blackman
Traduit de l’anglais par Amélie Sarn
Editions Milan
Collection Macadam
343 pages
15,20 €

2272. Après des années de guerre, une nouvelle société a vu le jour.
Son nom : le peuple de l’Alliance. Son principe : la vie humaine comme bien le plus précieux. 
A 17 ans, Kaspar choisit de dédier sa vie à ce principe. Il sera Gardien, l’un de ces soldats d’élite chargé du maintien de l’ordre. Mais face aux Gardiens, il y a les Insurgés, des rebelles qui multiplient attentats et sabotages. Et parmi les Insurgés, il y a Rhéa. Grâce à elle et à son étrange pouvoir d’empathie, Kaspar commence à comprendre : la vie humaine érigée en valeur suprême pourrait bien cacher un terrible secret d’Etat.

Un immense merci à la collection Macadam de m’avoir
permis de découvrir ce nouveau roman d’une
auteure que j’aime tant en avant-première !

Malorie Blackman est une auteure que j’ai découvert grâce à la saga Entre chiens et loups et qui fait partie du panthéon de mes lectures préférées. C’est donc avec beaucoup de joie et un peu d’appréhension que j’ai découvert son dernier titre paru chez la collection Macadam : Les Insurgés.

Après une longue guerre difficile, le peuple de l’Alliance est une nouvelle société qui voit le jour. Son principe de base : la vie humain est un bien précieux. On ne tue pas ces ennemis et les soldats sont tout au plus armés d’armes paralysantes. Kaspar, notre personnage principal, quitte sa vie de fermier pour devenir Gardien et protéger le peuple des Insurgés : des rebelles barbares qui multiplient les attentats conte l’Alliance, n’hésitant pas à s’en prendre à des écoles sans défenses.

J’arrêterai mon résumé là car malheureusement, le seul point négatif de ma lecture a été d’avoir été spoilée par le résumé de la 4e de couverture. Une toute petite phrase a tout gâché ! « Kaspar commence à comprendre : la vie humaine érigée en valeur suprême pourrait bien cacher un terrible secret d’Etat. » … … … Juste avec ces quelques mots, tout effet de surprise lors de ma lecture a été saccagé, détruit, anéanti… Et j’en ressors toute chafouine ! On devine extrêmement rapidement que l’Alliance n’est pas ce qu’elle parait être, que les méchants ne sont pas ceux que l’on pense et donc que tout ce en quoi croyait Kaspar est faux, archi-faux !!! Du coup, tout le processus de découverte du « terrible secret d’Etat » par Kaspar qui occupe la quasi-totalité du roman et qui aurait dû être à mon sens le gros point fort du roman puisque c’est l’intrigue principale perd complètement son intérêt…

Je me suis débarassée du mauvais, passons à ce qu’il m’a plu !! En dehors de ce bémol, j’ai bien adhéré à l’univers que Malorie Blackman nous propose de découvrir. Si vous me suivez régulièrement, vous savez que je suis friande de petites anecdotes sur le background du roman, surtout lorsqu’il s’agit de dystopie. Avec ce roman, je suis servie puisque les recherches de Kaspar le mènent à nous dévoiler pas mal de choses qui nous permettent de comprendre comment la société en est arrivé là… Malorie Blackman a fait preuve de beaucoup d’imagination.

Kaspar est un personnage super intéressant à suivre. Malgré sa vie de fermier, Kaspar a toujours rêver de devenir un Gardien. Et il le devient puisque c’est un jeune garçon très talentueux et son envie de protéger la Capitale est inébranlable. Néanmoins, Kaspar va vite découvrir que sa version idéalisée de la vie d’un soldat est bien éloignée de la réalité. Peut-être trop intelligent pour son propre bien, Kaspar se pose beaucoup de questions qui vont l’amener à remettre en doute tout ce en quoi il croyait. Et la chute est rude ! C’est un personnage déterminé et rien n’arrête sa quête de vérité. J’aime ce genre de trait de caractère chez un personnage et c’est grâce à lui que je tournais les pages avec plaisir !

J’ai aimé retrouver le style de Malorie Blackman qui est un style très vif mais aussi très sensitif. Beaucoup de choses passent par les émotions et j’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans Entre chiens et loups.

Malgré une intrigue un peu trop prévisible, j’ai passé tout de même un bon moment de lecture avec Les Insurgés. J’ai aimé l’univers créé par l’auteure ainsi que ses personnages. La fin est de loin le meilleur élément de l’histoire : une digne fin à la Malorie Blackman qui nous laisse avec les yeux écarquillés et qui donnerait envie d’en savoir plus (mais on ne saura rien puisque ce roman n’a pas de suite 🙂 ).

LIVRE_AGREABLE

Publicités

Publié le 21/04/2015, dans 3/5_Livre Agréable, Dystopie, Macadam, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :